Accueil/ expose
Conservation, continuité et persistance temporelle : Leibniz critique des “nouveaux cartésiens
vendredi 04 octobre 2013

Loading the player...
Descriptif

Conférence de Jean-Pascal Anfray dans le cadre du colloque "Physique et métaphysique : quels enjeux dans la constitution des cartésianismes et des anti-cartésianismes ?"
Organisé par : ENS, Mathesis, Cirphles, ANR Anthropos, UMR5037

La thèse de la création continuée, selon laquelle la causalité requise pour maintenir une créature dans l’existence est la même que celle qui est requise pour la créer, engage la conception que l’on peut se faire de la persistance temporelle. Cet enjeu apparaît dès le passage de la Troisième méditation où la création continuée est chez Descartes pour la première fois une thèse faisant l’objet d’une explicitation. C’est en effet à partir de la position qu’un philosophe prend sur la nature de la persistance, en particulier le choix entre une ontologie de l’ “endurance” et une ontologie “perdurantiste” que l’on peut comprendre la signification de l’indépendance des parties du temps sur laquelle se fonde la thèse de la création continuée.

Partant de la radicalisation chez Bayle de la lecture occasionnaliste de la création continuée, on examine la critique qu’en donne Leibniz dans la Théodicée. Il oppose à l’impossibilité pour la créature d’être la cause de ses états futurs l’idée d’une exigence causale des créatures sur laquelle se règle la causalité divine. Cependant cette réponse à l’argument occasionnaliste ne permet pas d’éviter la conséquence que lui prête Leibniz, à savoir l’obligation penser les créatures comme des entités éphémères. En réalité, la réfutation de l’occasionnalisme repose sur deux autres arguments : l’un concerne la continuité de la persistance des créatures ; l’autre reprend un argumentaire sur la distinction de la substance et de l’accident, mis en place dès les années 1680, puis renouvelé dans les années 1700 avec l’apparition dans l’ontologie leibnizienne de la catégorie de modification.

Voir aussi


  • Y a-t-il une nécessité dans les choses ...
    Jean-Pascal Anfray
  • Le Leibniz de Russell et le Leibniz de C...
    Jean-Pascal Anfray
  • Pourquoi se soucier de l’avenir ?
    Jean-Pascal Anfray
  • Quand plusieurs objets composent-ils un ...
    Jean-Pascal Anfray
  • Les forces, encore
    Sophie Roux
  • Deus nullibi otiosus. Henry More, lecteu...
    Martine Pécharman
  • Introduction du colloque Physique et mé...
    Delphine Kolesnik-Antoine
  • La physique au sens large
    Philippe Hamou
  • Peut-on procéder à une physique de l’âm...
    Claire Crignon
  • Un élément métaphysique chez Descartes e...
    Roger Ariew
  • Pour une histoire moderne du conatus, De...
    Frédéric De Buzon
  • Intellectual ethics and scientific pract...
    Mogens Laerke
  • Ontology, substances and modes in the ph...
    Christoph Lüthy
  • Cartesian meteors and their reception
    Lucian Petrescu
  • Les enjeux de la réception de la physiqu...
    Pierre Girard
  • Duplex intellectus et sermo duplex
    Antonella Del Prete
  • Descartes dans la lune...
    Justin E.H. Smith
Auteur(s)
Jean-Pascal Anfray
École normale supérieure
Maître de conférences

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Institutions : Ecole normale supérieure

Cursus :

Jean-Pascal Anfray est Maître de conférences à l’Ecole normale supérieure, ancien élève de l’ENS, agrégé de philosophie. Ses travaux portent sur différents aspects de la métaphysique de Leibniz et ses rapports avec la scolastique médiévale et tardive et notamment le temps et les modalités.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger la vidéo
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 05/12/2013