Accueil/ expose
Peut-on définir l'amour ?
lundi 30 mai 2016

Loading the player...
Descriptif

Conférence de Francis Wolff dans le cadre des Lundis de la philosophie à l'ENS.

Toute définition de l’amour (que l’on prendra au sens restreint que ce terme a dans les expressions « histoire d’amour », « chagrin d’amour », « chanson d’amour », etc.) semble se heurter à des problèmes méthodologiques. De quel genre relève-t-il ? Est-ce une émotion ? Si oui, laquelle ? Le désir ? Est-ce un sentiment ? Si oui, lequel ? Le souci ? Est-ce un affect ? Lequel ? La joie ? Est-ce une passion ou des actions ? A quel grand genre d’être appartient-il ? Est-ce un état ou une disposition, celle d’un sujet, l’amoureux ? Ou est-ce une relation entre deux sujets, les amants ? Une méthode par «conditions nécessaires et suffisantes » se heurte toujours à des contre-exemples.

Une autre méthode, par « air de famille » ou par «prototype », moins exigeante, se heurte au défaut inverse : elle ne permet pas de délimiter ce qu’on appelle « amour » et ce qui ne l’est pas. Nous proposerons une troisième méthode. Nous définirons l’amour par trois bornes externes, l’amitié, le désir et la passion, et une certaine proportion variable et instable de trois composantes internes hétérogènes : l’amicale, la désirante et la passionnelle — l’une des trois pouvant, à la limite, s’annuler, ce qui permet de rendre compte des contre-exemples classiques tout en délimitant clairement ce qu’on appelle amour. De cette définition, nous tirerons quelques conséquences éthiques (sur l’éthique de l’amour opposée à celle de l’amitié, par exemple, ou sur les contradictions de l’amoureux) et quelques conséquences métaphysiques (par exemple sur le dualisme de l’amant opposé au monisme de l’aimé). Car les trois composantes de l’amour ne jouent pas collectif, tel est le drame ou la grandeur, de l’amour.

Voir aussi


  • Qu'est-ce que l'être humain ?
    Francis Wolff
  • La corrida entre représentation et réali...
    Francis Wolff
  • Table ronde autour de Les Bienveill...
    Francis Wolff, Catherine Coquio, Valérie Gérard, Jean-Charles Darmon, Pierre Assouline, Sophie Coeuré, Bertrand Ogilvie
  • Qui est barbare ?
    Francis Wolff
  • Les trois mondes de l'art
    Francis Wolff
  • Présentation de la question : Qu’y a-t-i...
    Francis Wolff
  • Penser le présent
    Francis Wolff
  • Petite métaphysique de la musique
    Francis Wolff
  • Toutes les cultures se valent-elles?
    Francis Wolff
  • Sartre et la musique
    Francis Wolff, Michel Contat, François Noudelmann
  • Ce que la raison doit au langage
    Francis Wolff
  • Peut-on encore définir l'humanité ?
    Francis Wolff
  • L’anthropologie critique dans les filet...
    Francis Wolff
  • Comprendre une musique
    Francis Wolff
  • Pour une ontologie descriptive minimalis...
    Francis Wolff
  • 10 minutes avec Francis Wolff
    Francis Wolff
  • La rationalité de l’homme comme conséque...
    Francis Wolff
  • Les critères d'existence
    Francis Wolff
  • Table-ronde autour de la notion de véri...
    Francis Wolff, Etienne Klein, Pascal Engel, Marc Mézard
  • Le réel et le monde
    Francis Wolff, Élise Marrou
  • Pourquoi des images ?
    Francis Wolff
  • Economie comportementale, irrationnalit...
    Mikaël Cozic
  • Si Dieu n’existe pas, tout est-il permi...
    Paul Clavier
  • Scepticisme et sens commun
    Jean-Baptiste Guillon
  • Que nous apprend la science sur la consc...
    Jérôme Sackur
  • Qu'est ce qu'une maladie ?
    Maël Lemoine
  • Universalisme et judaïsme
    Catherine Chalier
  • Comment peut-on être mécréant ?
    Martine De Gaudemar
Auteur(s)
Francis Wolff
École normale supérieure
Professeur de philosophie

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Institutions : Ecole normale supérieure

Cursus :

Francis Wolff , philosophe, est Professeur de philosophie à l'ENS.  Il a été directeur-adjoint de l'Ecole (2000-2004) et de son département de philosophie (2004-2007).

Ses recherches portent sur la philosophie ancienne classique et la philosophie générale (philosophie du langage, métaphysique, philosophie morale et esthétique). Il a créé depuis 2004 « Les lundis de la philosophie », en voulant renouveler l’idée de « philosophie générale » : les recherches philosophiques actuelles y sont exposées et discutées, sans autre arme que des arguments, indépendamment de toute exégèse historique, de tout thème préétabli et de toute école constituée.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger la vidéo
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 12/07/2016