Accueil/ expose
Les fondements économiques de la notion moderne de république
jeudi 24 novembre 2016

Loading the player ...
Descriptif

Exposé de Manuela Albertone lors de l'inauguration du Centre européen d’études républicaines (CÈDRE).

À une époque cruciale au tournant du XVIIIe siècle, l’économie politique française interpréta le caractère républicain du gouvernement sorti de la révolution, ce qui marqua sa spécificité par rapport à la réflexion britannique. Cette communication analyse les fondements économiques de la notion moderne de république, en se focalisant sur la circulation des idées et des expériences politiques et l’échange mutuel entre la France et l’Amérique, depuis la seconde partie du XVIIIe siècle jusqu’aux premières décades du XIXe. Nous retraçons ce parcours à partir du discours sur la représentation politique et sur sa décentralisation, tel qu’il fut développé par la physiocratie dans le contexte économique, politique et intellectuel, qui – à dater de la moitié du XVIIIe siècle – fit de la science de l’économie le langage moderne de la politique. A travers Turgot, Condorcet, Du Pont de Nemours et le groupe des Américanistes, Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, Jean-Baptiste Say, Destutt de Tracy et le milieu des Idéologues nous visons à faire ressortir la valeur républicaine de l’économie politique à travers le dialogue entre les cultures économiques et politiques issues des deux révolutions démocratiques de la fin du XVIIIe siècle.

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • Républicanisme critique et religion
    Cécile Laborde
  • Républiques et républicanismes en époqu...
    Thomas Maissen
  • Situating republican liberty
    Quentin Skinner
  • Montesquieu, critique du républicanisme...
    Céline Spector
  • Neo-republicanism versus neo-liberalism
    Philip Pettit
  • Républicanisme et social démocratie : qu...
    Jean-Fabien Spitz
  • La République sans les républicains
    Vincent Peillon
  • République et démocratie post-électoral...
    Pierre Rosanvallon
  • Le républicanisme contemporain à l’épreu...
    Marie Garrau
  • La République face à la revendication id...
    Philippe Portier
  • Se faire reconnaître pour mieux disparaî...
    Anne Verjus
  • Le républicanisme suisse, entre héritag...
    Antoine Chollet
  • Premières traditions et expériences répu...
    Javier Fernández Sebastián
  • Le républicanisme des droits
    Christopher Hamel
  • Qu’est-ce que la “République” des Provin...
    Catherine Secretan
  • La République florentine à la fin du Moy...
    Ilaria Taddei
  • La République et les minorités religieus...
    Patrick Cabanel
  • Droit à l’existence et allocation univer...
    Yannick Bosc
  • Une économie politique populaire pour un...
    Florence Gauthier
  • 1848 et l’invention d’un républicanisme ...
    Samuel Hayat
  • Le républicanisme social avant la Républ...
    Stéphanie Roza
  • L’individu solidaire : sur la conceptio...
    Serge Audier
  • Génie national ou transferts de savoirs ...
    Alexandre Fontaine
  • Le spirituel de l’État républicain
    Marie-Claude Blais
  • L’école dans la République: passé/présen...
    Benoît Falaize, Olivier Loubes
Auteur(s)
Manuela Albertone
Université de Turin
Professeur d'Histoire moderne

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Manuela Albertone est professeur en Histoire moderne à l’Université de Turin.

Ses recherches concernent le rapport entre l’économie et la politique. Elle s’est concentrée sur l’étude de la Physiocratie, par une attention particulière aux implications politiques des théories des économistes français.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes

Dernière mise à jour : 09/02/2017