Accueil/ expose
La République et les minorités religieuses
vendredi 25 novembre 2016

Loading the player ...
Descriptif

Exposé de Pierre Rosanvallon lors de l'inauguration du Centre européen d’études républicaines (CÈDRE).

Si la monarchie française est catholique (et vice-versa?), la République se sépare (1795, 1905) de l'Eglise (et, du coup, des autres cultes reconnus). Elle invente une fome idéologique, juridique, administrative: la laïcité; et ignore la religion civile, qui n'est peut-être pas pensable qu'en contexte protestant (Rousseau, R.N.Bellah). Cette construction a représenté une chance historique pour deux minorités religieuses, la protestante et la juive (2% au total des Français au début du XXe siècle), qui de surcroît se pensaient ou étaient pensés comme originellement "républicaines" (la nomocratie juive chez un Salvador et un Darmesteter; l'affinité entre protestantisme calvinien et république chez Tocqueville et Quinet). A ce jeu, la République a pu courir le risque de passer pour un régime à épithète confessionnelle à trait d'union (judéo-protestante), au moment même où minorités et universalisme se confondaient. La belle rencontre affinitaire, à partir des années 1880, a bien offert au pays et à ses minorités les avantages partagés d'une réparation et d'une mutuelle reconnaissance, sans négliger une forme de "loi du retour" (au sens propre pour les protestants  depuis décembre 1790, à celui du "Heureux comme Dieu en France" pour les juifs). Ce modèle" peut-il fonctionner avec d'autres minorités religieuses ? Le cadre laïque est toujours là, et rien n'interdit, à défaut peut-être du fantasme d'affinité, la reconnaissance évoquée plus haut.

Voir aussi


  • Aron, Cavaillès, Gide, Levinas, Benny Le...
    Annie Cohen-Solal, Patrick Cabanel, Yoann Malinge, Jonathan Judaken, Daniel Lindenberg, Perrine Simon-Nahum
  • Républicanisme critique et religion
    Cécile Laborde
  • Républiques et républicanismes en époqu...
    Thomas Maissen
  • Les fondements économiques de la notion ...
    Manuela Albertone
  • Situating republican liberty
    Quentin Skinner
  • Montesquieu, critique du républicanisme...
    Céline Spector
  • Neo-republicanism versus neo-liberalism
    Philip Pettit
  • Républicanisme et social démocratie : qu...
    Jean-Fabien Spitz
  • La République sans les républicains
    Vincent Peillon
  • République et démocratie post-électoral...
    Pierre Rosanvallon
  • Le républicanisme contemporain à l’épreu...
    Marie Garrau
  • La République face à la revendication id...
    Philippe Portier
  • Se faire reconnaître pour mieux disparaî...
    Anne Verjus
  • Le républicanisme suisse, entre héritag...
    Antoine Chollet
  • Premières traditions et expériences répu...
    Javier Fernández Sebastián
  • Le républicanisme des droits
    Christopher Hamel
  • Qu’est-ce que la “République” des Provin...
    Catherine Secretan
  • La République florentine à la fin du Moy...
    Ilaria Taddei
  • Droit à l’existence et allocation univer...
    Yannick Bosc
  • Une économie politique populaire pour un...
    Florence Gauthier
  • 1848 et l’invention d’un républicanisme ...
    Samuel Hayat
  • Le républicanisme social avant la Républ...
    Stéphanie Roza
  • L’individu solidaire : sur la conceptio...
    Serge Audier
  • Génie national ou transferts de savoirs ...
    Alexandre Fontaine
  • Le spirituel de l’État républicain
    Marie-Claude Blais
  • L’école dans la République: passé/présen...
    Benoît Falaize, Olivier Loubes
Auteur(s)
Patrick Cabanel
CNRS
Historien

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Agrégé d'histoire, ancien élève de l'École normale supérieure, Patrick Cabanel est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Toulouse II-Le Mirail et membre du laboratoire CNRS Framespa. Il est notamment spécialiste du protestantisme français.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes

Dernière mise à jour : 06/02/2017