Accueil/ expose
Table ronde du colloque Littérature et vanité
vendredi 06 juin 2008

Loading the player...
Descriptif

Table ronde du colloque Littérature et vanité : la trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett.

Parmi les grands textes bibliques sans cesse commentés et repris par la littérature, la philosophie et les arts, l’Ecclésiaste occupe, dans notre mémoire, une place singulière. Cette singularité ne tient pas seulement à la richesse foisonnante de ses disséminations. Elle résulte aussi d’une série d’indéterminations plus spécifiques auxquelles l’Ecclésiaste dut, pour une large part, son énigmatique plasticité. Par cette capacité à se fondre dans les traditions les plus différentes, voire les plus opposées – des plus "orthodoxes" et topiques aux plus hétérodoxes et marginales –, l’Ecclésiaste, d’une métamorphose à l’autre, intrigue et fascine. Il s’agira, en cette enquête collective, de faire état de certains de ses déplacements majeurs, entre des moments de l’histoire de la pensée et des représentations où sa trace fut particulièrement marquante. Comment interpréter, à chaque fois, cette trace ?
De Montaigne à T.S. Eliot et à S. Beckett, en passant par l’Ecclésiaste des libertins, celui des philosophes des Lumières, des Romantiques, des Décadents..., on se demandera notamment comment ce texte biblique, séminal à tant d’égards, put être associé à une méditation continue sur les fondements de la pensée morale et sur ses variations mêmes, dans l’horizon mouvant de la Vanité. Et l’on réexaminera dans cette perspective les différentes valeurs associées à ce terme – contesté, on le sait, par bien des traducteurs – et à la série de "cellules idéelles" issues également de l’Ecclésiaste, qui connurent des cheminements propres (ainsi "Il y a un temps pour tout", ou encore "Rien de nouveau sous le soleil").
Le dialogue de la littérature avec la théologie, avec la philosophie, et avec les autres arts (peinture et musique notamment) constituera l’une des "entrées" les plus éclairantes pour ressaisir, en ses variations successives, la trace de l’Ecclésiaste.

Colloque international organisé par le Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale (CRRLPM) de l’École normale supérieure de Paris, en collaboration avec l’équipe "États, sociétés, religions – Moyen Âge – Temps modernes" de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et l’équipe "Littérature et philosophie" du Centre d’études de la langue et de la littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF, Paris IV-CNRS), et avec l’aide de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (CASQY).

Voir aussi


  • Table ronde autour de Les Bienveill...
    Francis Wolff, Catherine Coquio, Valérie Gérard, Jean-Charles Darmon, Pierre Assouline, Sophie Coeuré, Bertrand Ogilvie
  • Pouvoir des Fables et 'douteuse éthique...
    Jean-Charles Darmon
  • La Fontaine et «l’ombre des plaisirs»...
    Jean-Charles Darmon
  • Du tragique au matérialisme (et retour)...
    André Comte-Sponville
  • Montaigne et Épicure
    André Comte-Sponville
  • La créativité en musique et en mathémati...
    Karol Beffa, Cédric Villani
  • Lecture de Jacques Roubaud
    Jacques Roubaud, Florence Delay
  • Aucun exposé du même événement.
Auteur(s)
Karol Beffa
École normale supérieure
Compositeur, Maître de conférences

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Institutions : Ecole normale supérieure

Cursus :

D’origines suisse et polonaise, le compositeur français Karol Beffa, né en 1973, mène parallèlement études générales et études musicales.
Reçu premier à l’Ecole Normale Supérieure, il est également diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Entré au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1988, il y obtient sept premiers prix (harmonie, contrepoint, fugue, musique du XXe siècle, orchestration, analyse, improvisation au piano) et le prix d’accompagnement vocal. Reçu premier à l’agrégation d’éducation musicale, il enseigne à l’Université Paris IV-Sorbonne (1998-2003) puis à l’Ecole Polytechnique. Il a obtenu en 2003 le titre de docteur en musicologie en soutenant une thèse de doctorat portant sur les Etudes pour piano de György Ligeti. En 2004, il a été élu Maître de conférences à l’Ecole Normale Supérieure.

Cliquer ICI pour fermer
Michel Berder
Institut catholique de Paris
Prêtre diocésain

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Docteur en théologie catholique (Strasbourg)
Licencié en Écriture Sainte (P. I. B., Rome)
Élève titulaire de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem

Cliquer ICI pour fermer
André Comte-Sponville

Philosophe

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

André Comte-Sponville, philosophe, est né à Paris, en 1952. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, agrégé de philosophie, docteur de troisième cycle, il est aussi Docteur Honoris Causa de l'Université de Mons-Hainaut, en Belgique. Il fut longtemps maître de conférences à l'Université Paris I (Panthéon-Sorbonne), dont il se mit en congé (à partir de 1997) puis démissionna (en 2003) pour consacrer davantage de temps à l'écriture et aux conférences qu'il donne en dehors de l'Université. Il a publié de nombreux livres, traduits en 24 langues. Il est membre du Comité Consultatif National d'Ethique.

Cliquer ICI pour fermer
Jean-Charles Darmon
Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/ENS
Professeur

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Institutions : Ecole normale supérieure

Cursus :

Professeur à l’Université de Versailles, membre honoraire de l’Institut universitaire de France (2001-2006), Jean-Charles Darmon a été directeur adjoint pour les lettres à l’ENS de 2005 à 2009.

Cliquer ICI pour fermer
Jacques Roubaud

Poète, romancier, mathématicien

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Né en 1932, poète, mathématicien, romancier et nouvelliste, Jacques Roubaud est une des grandes figures de la littérature contemporaine. Il est l’un des premiers membres de l’OuLiPo - Ouvroir de littérature potentielle – en compagnie de Raymond Queneau, Georges Perec et d’Italo Calvino.  Ces recherches d’avant-garde, qui relient science et poésie, ne l’empêchent pas de s’inscrire dans une tradition beaucoup plus large qui remonte à la littérature médiévale et aux troubadours auxquels il consacre une anthologie publiée aux éditions Seghers en 1981.

Jacques Roubaud a reçu plusieurs prix littéraires couronnant l'ensemble de son œuvre : le Grand prix national de la poésie (1990) et le Grand prix de littérature Paul-Morand de l'Académie française (2008). Son recueil poétique Quelque chose noir a été inscrit au programme d'admission de l'École normale supérieure lettres et sciences humaines de Fontenay Saint-Cloud en 2007-2008.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger la vidéo

Dernière mise à jour : 27/10/2011