Accueil/ expose
Le corps, meilleure image de l'âme ? Voir la personne en Amazonie.
mercredi 14 février 2018

Loading the player ...
Descriptif

Conférence dans le cadre du cycle L’humain, singulier et pluriel. Nouvelles frontières de l’anthropologie, organisé par Benoît de L’Estoile (Professeur d’anthropologie à l’Ecole normale supérieure - Département de sciences sociales).

Par l'ethnologue Anne-Christine Taylor (CNRS)

Parmi les groupes Jivaro de la Haute Amazonie, la perception et la définition de la personne et de l’humain supposent une modalité particulière de regard. La peinture corporelle, pratique indigène ordinaire, permet de saisir ce qui est en jeu. La personne apparaît comme un effet de perspective liée à la nature de la relation instaurée entre deux êtres animés. Quelles inflexions cette notion de l’humain imprime-t-elle à des concepts tels ceux de société, de nature et de sujet ? 

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • Préserver ? Des espèces menacées aux pat...
    Nélia Dias
  • Penser le politique en langue amérindien...
    Capucine Boidin
  • Voyages mentaux : l’exploration chamaniq...
    Charles Stépanoff
Auteur(s)
Anne-Christine Taylor
CNRS
Ethnologue

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Anne-Christine Taylor (née en 1946) est une ethnologue française. Née en 1946, spécialiste des cultures indigènes de l’Amazonie, les recherches d'Anne-Christine Taylor ont porté sur les perceptions et l’expérience de l’histoire dans les sociétés indiennes et sur les conceptions indigènes relatives aux processus psychiques et à l’expérience de soi. Bien qu'elle ne se réclame d'aucune école particulière, son approche générale appartient à une constellation théorique de travaux que l'on pourrait qualifier de "phénoménologie structurale". Elle est une des figures principales de l'école américaniste dite "franco-brésilienne", qui a poursuivi (mais aussi déplacé) les objectifs du structuralisme lévi-straussien.
Directeur de recherche au CNRS, elle est détachée depuis le mois de février 2005 au Musée du quai Branly, à Paris où elle dirige le département de la recherche et de l’enseignement jusqu’à son départ à la retraite en fin décembre 2013, Frédéric Keck lui succédant.
Elle a intégré le CNRS en 1983 (directeur de recherche).
Elle a été présidente de l'APRAS (Association pour la recherche en anthropologie sociale) et membre du Comité national de la recherche scientifique. Elle a été directrice de l'Équipe de recherche en ethnologie amérindienne (CNRS).

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 19/04/2018