Accueil/ expose
L’immunité ou la vie avec les autres
mercredi 02 février 2022

Loading the player...
Descriptif

Exposé de Marc Daëron, immunologiste, ancien directeur du département d’immunologie de l’Institut Pasteur dans le cadre du Séminaire Cavaillès (Histoire et Philosophie du vivant) organisé par la République des Savoirs.

Élaboré par les immunologistes du XXe siècle pour rendre compte de l'immunité protectrice conférée par les vaccinations pasteuriennes, le système immunitaire est peu à peu mué en un système physiologique assigné à la défense de l'organisme. Ainsi conçu, le système immunitaire pose problème. Pour un système défini par sa capacité à discriminer le soi et le non-soi pour épargner le soi, l'existence de maladies auto-immunitaires est une contradiction fondamentale. Pour un système d'auto-défense contre les pathogènes, les allergies à des substances de l'environnement inoffensives sont des aberrations. Et pour un système capable de mobiliser un redoutable arsenal contre le monde microbien, l'existence de plusieurs microbiotes au coeur de l'organisme est incompréhensible. Surtout quand on prend conscience que les microorganismes de ces microbiotes contrôlent davantage le système immunitaire que celui-ci ne les contrôle. Ces « anomalies » sont-elles le prix à payer pour la fonction vitale de défense que nous assure le système immunitaire, ou nous indiquent-elles que le système immunitaire n'est pas ce que nous croyons ?

Pour répondre à ces questions, je me propose de reconstruire ce système en partant de faits avérés et non d'effets escomptés : un système sans mission à remplir, sans surveillance à assurer, sans non-soi à neutraliser, un système sans causes finales et sans a priori. Ce système immunitaire apparaît alors comme un second système de relation. De même que le système nerveux s'occupe des relations de l'organisme avec le monde physique, le système immunitaire s'occupe des relations de l'organisme avec le monde vivant. Ce système perçoit toutes les molécules biologiques, qu'elles soient exogènes ou endogènes, appartenant au soi ou au non-soi, provenant de pathogènes ou de commensaux, et il leur répond. Plus que nous défendre contre les autres en les éliminant, un tel système nous permet de vivre avec les autres. La vie avec les autres est en effet inévitable et nécessaire. Elle est inévitable non seulement à cause de tous ces autres qui vivent autour de nous, dont certains nous rendent malades quand ils ne nous tuent pas, mais aussi à cause de tous ceux qui vivent en nous et font partie de nous. Nous sommes en effet constitués de myriades d'organismes vivants rassemblés dans des « méta-organismes ». Nous sommes des chimères. La vie avec les autres est nécessaire parce que nous avons autant besoin d'eux qu'ils ont besoin de nous pour vivre. Nous sommes condamnés à vivre ensemble. Vivre avec les autres est ce que permet le système immunitaire qui nous adapte à eux et les adapte à nous.

De cette accommodation réciproque résulte une immunité d'un nouveau type. Ni innée ni acquise car toujours remise en cause, dynamique, relationnelle, c'est un compromis sans cesse renégocié. Elle protège, sans aucun doute, mais elle n'évite pas toujours la maladie, elle la cause même parfois. La maladie est le p rix de l'immunité. Car ce que permet le système immunitaire est bien plus essentiel que la défense de l'organisme, c'est l'existence même du méta-organisme que nous sommes. L'immunité n'est pas une protection, c'est une condition d'existence.
 

Référence : L'immunité, la vie de Marc Daëron - Pour une autre immunologie. Ed. Odile Jacob

 

Le séminaire Cavaillès: perpétuant les orientations impulsées par Jean-Jacques Kupiec lors de sa création, le séminaire Cavaillès se donne pour objet l’histoire et la philosophie des sciences du vivant. Une fois par mois un acteur des sciences expérimentales ou humaines est invité à y présenter ses travaux et réflexions.

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • L’éthique de Spinoza à travers la biolog...
    Henri Atlan
  • 'Prigogine','le heurt des doctrines', 'l...
    Hubert Gilan
  • Le vivant à l’épreuve des biobanques : v...
    Fabien Milanovic
  • Repenser l’hérédité pour promouvoir la s...
    Étienne Danchin
  • Complexité organisationnelle en biologi...
    Eric Bapteste
  • Gaïa : hypothèse, programme de recherch...
    Sébastien Dutreuil
  • Les frontières du microenvironnement tum...
    Lucie Laplane
  • The Processual Organism
    Daniel J Nicholson
  • Les virus dans le monde vivant
    Patrick Forterre
  • La biologie avant la biologie
    Cécilia Bognon
  • Nietzsche et la Biologie, d'hier à aujou...
    Barbara Stiegler
  • Au-delà de la technologie, travailler à ...
    Catherine Bourgain
  • Living on the edge: the secrets of archa...
    Mart Krupovic
  • Carcinogenesis explained within the cont...
    Ana Soto
  • Modélisation multi-échelle, concepts et ...
    Frank Varenne
  • Système immunitaire et métastases : comm...
    Elena Rondeau
  • Des choses qui ne sont pas vivantes mai...
    Meredith Root-Bernstein
  • Quelle biologie theorique pour penser l...
    Maël Montévil
  • Bio-objets et civilisation in vitro. La ...
    Céline Lafontaine
  • La cellule comme concept simple, complex...
    Caroline Angleraux
  • Xenobots, organoïdes : vers une techno-a...
    Thomas Heams
  • Quel est le poids de l’hérédité épigénét...
    Minoo Rassoulzadegan
Auteur(s)
Marc Daëron
Institut Pasteur
Immunologiste

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Marc Daëron est immunologiste, ancien directeur du département d’immunologie de l’Institut Pasteur, chercheur émérite au Centre d’immunologie de Marseille-Luminy et membre associé à l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger la vidéo

Dernière mise à jour : 28/03/2022