Accueil/ expose
La mélancolique sagesse de l’Ecclésiaste (Hannah Arendt)
samedi 07 juin 2008

Loading the player ...
Descriptif

Parmi les grands textes bibliques sans cesse commentés et repris par la littérature, la philosophie et les arts, L’Ecclésiaste occupe, dans notre mémoire, une place singulière. Cette singularité ne tient pas seulement à la richesse foisonnante de ses disséminations. Elle résulte aussi d’une série d’indéterminations plus spécifiques auxquelles L’Ecclésiaste dut, pour une large part, son énigmatique plasticité. Par cette capacité à se fondre dans les traditions les plus différentes, voire les plus opposées - des plus « orthodoxes » et topiques, aux plus hétérodoxes et marginales -, L’Ecclésiaste, d’une métamorphose à l’autre, intrigue et fascine. Il s’agira, en cette enquête collective, de faire état de certains de ses déplacements majeurs, entre des moments de l’histoire de la pensée et des représentations où sa trace fut particulièrement marquante. Comment interpréter, à chaque fois, cette trace ?

De Montaigne à T. S. Eliot et à S. Beckett, en passant par L’Ecclésiaste des libertins, celui des philosophes des Lumières, des Romantiques, des Décadents…, on se demandera notamment comment ce texte biblique, séminal à tant d’égards, put être associé à une méditation continue sur les fondements de la pensée morale et sur ses variations mêmes, dans l’horizon mouvant de la Vanité. Et l’on réexaminera dans cette perspective les différentes valeurs associées à ce terme – contesté, on le sait, par bien des traducteurs – et à la série de « cellules idéelles » issues également de L’Ecclésiaste, qui connurent des cheminements propres (ainsi « Il y a un temps pour tout », ou encore « Rien de nouveau sous le soleil »).

Le dialogue de la littérature avec la théologie, avec la philosophie, et avec les autres arts (peinture et musique notamment) constituera l’une des « entrées » les plus éclairantes pour ressaisir, en ses variations successives, la trace de L’Ecclésiaste.

Auteur(s)
Maël Renouard

Agrégé de philosophie

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Maël Renouard est ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm et agrégé de philosophie. Il a enseigné la philosophie à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne entre 2002 et 2006 et à l'École normale supérieure entre 2006 et 2009, exerçant les fonctions d'allocataire moniteur normalien puis d'attaché temporaire d'enseignement et de recherche.
Il a été l'une des "plumes" de François Fillon, comme conseiller technique chargé des discours au cabinet Premier ministre, de 2009 à 20121, puis comme assistant parlementaire, de 2013 à 2015.
Il a notamment traduit Nietzsche, Joseph Conrad, Arthur Schnitzler. Sa traduction du Banquet de Platon a été adaptée et mise en scène par Juliette Deschamps à l'Auditorium du Louvre en mars 20072.
Il a été nommé chevalier des Arts et Lettres par arrêté du 16 janvier 2014.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 08/11/2011