Accueil/ expose
Ce qui rend possible la vie des sculptures rodiniennes : Rainer Maria Rilke et Georg Simmel à la recherche de l’origine du mouvement dans la sculpture moderne
jeudi 16 juin 2011

Loading the player ...
Descriptif

Alors que, depuis le XIXe siècle, le poète et le peintre font figure d’alliés substantiels, pour reprendre la célèbre expression de René Char, la sculpture semble avoir été étrangement négligée par les écrivains. L’abondance des écrits suscités par l’oeuvre de Rodin ou de Giacometti paraît ainsi une exception remarquable. Ce relatif dédain correspond à celui du public, la rareté des textes critiques reflétant alors une réalité du goût et du champ artistique. Mais au-delà, il faut s’interroger sur ce qui, dans la sculpture, peut limiter l’accès à la parole et, au contraire, sur ce qui sauve certaines oeuvres du silence critique. La matérialité et l’échappement à l’ordre temporel qu’est celui du discours paraissent d’abord repousser l’écrit. Art spatial contre art temporel : c’est là l’opposition posée par Lessing, et la sculpture représente un défi plus grand encore pour l’écriture que la toile peinte. Bien souvent, critiques d’art professionnels ou écrivains temporalisent la sculpture, la déploient par la description ou la narration, déclinant ses aspects ou racontant la fable dont elle fige un moment : vivante et mouvante, la sculpture danse, jaillit, tourne sous la plume. Mais parfois, le regard s’affronte à sa dureté, s’y heurte et s’y déchire, fasciné ou horrifié : sa résistance vient alors incarner une étrangeté radicale, inquiétante révélation d’un autre. La sculpture, ce tangible, cet immobile, semble toujours produire un déplacement du verbe, s’y faisant objet invisible, dont le nom même finit par échapper.

Dominik Brabant présente ici un exposé sur les écrits de Rilke et Simmel au sujet des sculptures de Auguste Rodin.

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • L’adaptation de la sculpture à la scène ...
    Delphine Vernozy
  • La statue, en son lieu
    Thierry Dufrêne
  • Quand la statue descend du piédestal. L...
    Claire Gheerardyn
  • Le jardin de la sculpture moderne dans l...
    Louis Gevart
Auteur(s)
Dominik Brabant
Centre allemand d'histoire de l'art / Universit Ludwig Maximilians
Professeur

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Dominik Brabant est professeur à l'Université Ludwig Maximilians et est membre du Centre allemand d’histoire de l‘art

Cliquer ICI pour fermer

Dernière mise à jour : 16/01/2012