Accueil/ expose
Nation et religion en Macédoine à l'épreuve de la pluralité
mercredi 09 mars 2016

Loading the player...
Descriptif

Goran Sekulovski intervient dans le cadre du quatrième séance du séminaire du département de Géographie de l'ENS,  «Politiques publiques et religion en Europe», séminaire consacré aux politiques publiques en matière religieuse en Europe. Il a pour objectif de mettre en évidence différents aspects de la dimension politique du fait religieux.

Peuplée d’un peu plus de 2 millions d’habitants, dont 1,3 million d’orthodoxes et près de 700 000 musulmans, la Macédoine est selon le dernier indice de la religiosité et de l’athéisme (2012), le pays le plus religieux en Europe (devant la Roumanie, la Moldavie, la Serbie et l’Italie), et le cinquième au monde selon la religiosité de sa population (90%, alors que seulement 1% se déclare athée, et 8% non religieux). Selon un autre sondage effectué en 2008 par Gallup Balkan Monitor, sur la satisfaction et la confiance dans les institutions étatiques, les citoyens macédoniens ont exprimé leur plus grande confiance aux organisations religieuses devant l’armée nationale. Cette place exceptionnelle accordée à l’affiliation religieuse ne peut être négligée dans l’analyse des politiques publiques en matière religieuse en Macédoine, en posant quelques questions cruciales : pourquoi les représentations identitaires véhiculées par les principales communautés religieuses se marquent-t-elles par des repliements communautaires qui gênent la cohabitation au sein des espaces comme la Macédoine ? Pourquoi la globalisation économique qui s’accélère ne conduit-elle pas au rapprochement des comportements et convictions qui guident l’action des hommes ? Tels sont certains des enjeux auxquels tente de répondre cette communication, en mettant l’accent sur la pluralité des interprétations.

 

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • Le Conseil de l’Europe face aux faits re...
    Jean-Paul Willaime
  • La Turquie face aux minorités religieuse...
    Elise Massicard
  • La Cour européenne des droits de l’homm...
    Julie Ringelheim
  • L'orthodoxie dans la Roumanie post-commu...
    Antonela Capelle-Pogacean
  • Les politiques publiques en matière reli...
    Frédérique Harry
  • La gestion de la diversité religieuse da...
    Mar Griera
  • La gestion de la diversité dans des pay...
    Sabrina Pastorelli
  • Quelles politiques publiques en matière ...
    Louis-Léon Christians
  • Enseigner les faits religieux et former...
    Philippe Gaudin
  • Le pluralisme religieux au défi de la cr...
    Nicolas Kazarian
  • La reconnaissance de l'islam dans le sys...
    Sylvie Toscer-Angot
Auteur(s)
Goran Sekulovski
Institut Saint-Serge
Professeur

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Goran Sekulovski a suivi des études de théologie, d'études médiévales (littérature et histoire) et de géographie, respectivement à la Faculté de théologie orthodoxe Saint-Clément d'Ohrid et à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, à l'Université Paris-Sorbonne Paris IV et à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Ses travaux académiques portèrent notamment sur : "La doctrine patristique de la déification et l'art sacré du début du XIVe siècle" poursuivis par "Les aspects sociaux de l'hésychasme du XIVe siècle". Ce dernier a été présenté à l'Université de Paris-Sorbonne pour l'obtention d'un Diplôme d'Études Approfondies. En février 2014, il a soutenu à la Sorbonne sa thèse de doctorat intitulée "Enquêtes sur une identité nationale et ecclésiale : la Macédoine entre territoires, Eglises et mythes nationaux" recevant le Doctorat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (mention : Très honorable avec les félicitations du jury).
Depuis 2007, il enseigne la Patrologie à l'Institut Saint-Serge d'abord comme Maître-assistant de Jean-François Colosimo et ensuite, depuis 2009, en tant que chargé de cours. Il est par ailleurs, chargé d'enseignement à l'Institut Catholique de Paris depuis 2011 en Histoire des séparations confessionnelles au premier millénaire.
Membre de l'Association Internationale d'Études Patristiques (AIEP), il fait partie également du comité d'organisation des Semaines d'études liturgiques à l'Institut Saint-Serge et est associé à l'Unité Mixte de Recherche Géographie-Cités de l'Université Paris 1 (UMR 8504, Paris).

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger la vidéo
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 01/06/2017