Accueil/ expose
La science des perturbateurs endocriniens, une science sans effet sur l’action publique ?
vendredi 21 avril 2017

Loading the player ...
Descriptif

Exposés de Ana Soto et Nathalie Jas dans le cadre de la journée d’études co-organisée par Ana Soto (Centre Cavaillès, République des savoirs), Nathalie Jas et Mathias Girel, intitulée "Perturbateurs endocriniens : des connaissances scientifiques à l’action publique".

Voir aussi


  • Le champ d'organisation tissulaire
    Ana Soto
  • Organisation biologique : l’intégration ...
    Ana Soto
  • Unruly Technologies ! : L’impossible maî...
    Nathalie Jas
  • Le Distilbène au tribunal : entre élabor...
    Didier Torny, Emmanuelle Fillion
  • Réflexion prospective sur la responsabil...
    Béatrice Parance
  • L’état de la législation française et eu...
    Jean-Louis Roumégas
Auteur(s)
Nathalie Jas
INRA
Chargée de recherche

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Nathalie Jas est  historienne et sociologue des sciences. Mobilisant des approches des Science and Technology Studies et de l’histoire environnementale, ses travaux récents analysent les transformations du gouvernement des substances chimiques dangereuses depuis la fin du XIX° siècle. Ils cherchent à rendre compte de la co-transformation de la matérialité des problèmes engendrés par les toxiques, de la production de savoirs scientifiques, des savoirs d’expertise et de régulation, et des modes de gouvernement des substances chimiques. Elle prépare actuellement un livre intitulé « Pesticides agricoles et santé publique au XXième siècle ».

Elle a récemment co-dirigé deux ouvrages collectifs avec Soraya Boudia, Toxicants, health and regulation since 1945 (Londres: Pickering & Chatto, 2013) et Powerless Science ? Science and Politics in a toxic world (Oxford & New York: Beghahn Books, 2014).

 

Cliquer ICI pour fermer
Ana Soto
Tufts University
Professeur

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Professeur en biologie cellulaire à la faculté de médecine de l’Université Tufts de Boston (USA).

Ana Soto a découvert que la lignée cellulaire de cancer du sein sur lequel elle travaillait depuis un certain temps proliférait de manière aberrante. Ele soumit son protocole de travail à une investigation digne d’un détective. En 1991, elle finit par mettre la main sur le coupable : la para-nonylphénol (un composé de la famille des alkylphénols), un « banal » additif aux plastiques, utilisé au laboratoire et ailleurs.

Ce composé agit en fait comme une hormone et stimule la croissance des cellules malignes et est en mesure de perturber tout l’équilibre hormonal.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 03/10/2017