Accueil/ expose
La République sans les républicains
jeudi 24 novembre 2016

Loading the player ...
Descriptif

Exposé de Vincent Peillon lors de l'inauguration du Centre européen d’études républicaines (CÈDRE).

 “La République sans les républicains” : remarques autour d’une formule présente chez Louis Blanc et Edgar Quinet

En 1872, Edgar Quinet et Louis Blanc, tous deux revenus de leur long exil en Suisse et en Angleterre, utilisent une même expression: «La République sans les républicains». Ils le font alors pour caractériser ce moment particulier de la République conservatrice qui se met en place.  Contraints de soutenir Thiers, leur adversaire de la veille, contre les tentatives de restauration monarchiste, ils vont toutefois bientôt s’éloigner de la majorité des républicains et de Gambetta, pour s’opposer aux lois constitutionnelles de 1875. A  leurs yeux, celles-ci tournent le dos aux principes républicains pour lesquels ils ont  combattu toute leur vie.  Les deux maîtres, opposés autrefois quant à leur interprétation de la Révolution, se  trouvent donc unis au soir de leur vie pour refuser une République opportuniste qui de la République garde sans doute le nom mais oublie la chose. « La République sans les  républicains » ne désigne plus alors seulement un moment précis de l’histoire, mais une structure, une disposition, une caractéristique voire une nature de la République telle qu’elle s’établit. On pourrait considérer aussi que cette expression vient caractériser une  historiographie française qui n’a pas su faire droit, dans son récit, à ces précurseurs et ces fondateurs, les éliminant, les minorant ou dénaturant leurs doctrines au profit  d’autres figures dont le Républicanisme pourrait pourtant être interrogé. L’objet de cette communication sera donc d’étudier et de lier ensemble ces trois sens de la formule «La république sans les républicains» (moment historique, nature politique, récit historique) et de proposer, à partir de là, quelques pistes de travail pour  des recherches futures qui pourraient être opportunément menées dans le cadre du CEDRE.

Voir aussi


  • Échanges autour de Jaurès
    Frédéric Worms, Marc Crépon, Vincent Duclert, Sophie Coeuré, Marc Mézard, Vincent Peillon, Christophe Rogue, Sylvia Estienne
  • Républicanisme critique et religion
    Cécile Laborde
  • Républiques et républicanismes en époqu...
    Thomas Maissen
  • Les fondements économiques de la notion ...
    Manuela Albertone
  • Situating republican liberty
    Quentin Skinner
  • Montesquieu, critique du républicanisme...
    Céline Spector
  • Neo-republicanism versus neo-liberalism
    Philip Pettit
  • Républicanisme et social démocratie : qu...
    Jean-Fabien Spitz
  • République et démocratie post-électoral...
    Pierre Rosanvallon
  • Le républicanisme contemporain à l’épreu...
    Marie Garrau
  • La République face à la revendication id...
    Philippe Portier
  • Se faire reconnaître pour mieux disparaî...
    Anne Verjus
  • Le républicanisme suisse, entre héritag...
    Antoine Chollet
  • Premières traditions et expériences répu...
    Javier Fernández Sebastián
  • Le républicanisme des droits
    Christopher Hamel
  • Qu’est-ce que la “République” des Provin...
    Catherine Secretan
  • La République florentine à la fin du Moy...
    Ilaria Taddei
  • La République et les minorités religieus...
    Patrick Cabanel
  • Droit à l’existence et allocation univer...
    Yannick Bosc
  • Une économie politique populaire pour un...
    Florence Gauthier
  • 1848 et l’invention d’un républicanisme ...
    Samuel Hayat
  • Le républicanisme social avant la Républ...
    Stéphanie Roza
  • L’individu solidaire : sur la conceptio...
    Serge Audier
  • Génie national ou transferts de savoirs ...
    Alexandre Fontaine
  • Le spirituel de l’État républicain
    Marie-Claude Blais
  • L’école dans la République: passé/présen...
    Benoît Falaize, Olivier Loubes
Auteur(s)
Vincent Peillon
Université de Neuchâtel
Professeur associé

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Agrégé de philosophie, député européen et membre dirigeant du Parti socialiste, Vincent Peillon a été ministre de l'Education nationale dans le gouvernement Ayrault du 16 mai 2012 au 31 mars 2014.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes

Dernière mise à jour : 07/02/2017