Accueil/ expose
La République florentine à la fin du Moyen Âge
vendredi 25 novembre 2016

Loading the player ...
Descriptif

Exposé de Ilaria Taddei lors de l'inauguration du Centre européen d’études républicaines (CÈDRE).

La République florentine à la fin du Moyen Âge. Entre mythe et pratique politique

La construction du républicanisme florentin repose sur une dialectique active entre la sphère idéale et le plan des réalités, entre discours et pratiques, entre savoirs et pouvoirs, dans un va-et-vient continu entre la mémoire du passé lointain, l’histoire communale et le présent. Ce présent fut aussi celui d’Hans Baron et de toute une génération d’intellectuels allemands, exilés comme lui dans les années 1930 aux États Unis (Ernst Cassirer, Paul Oskar Kristeller, Felix Gilbert, Erwin Panofsky). Par un jeu de miroirs, ces épigones des humanistes florentins, Coluccio Salutati et Leonardo Bruni in primis, érigèrent la République de Florence, fondée sur l’idéal de la libertas, en modèle politique du républicanisme, puisant ses racines dans le primat de la cité État. Force est de constater que l’exaltation du gouvernement florentin comme rempart de la liberté contre la tyrannie s’imposa par une remarquable convergence de tous les langages politiques – figuratifs, rituels et discursifs – lorsque, après le tumulte des Ciompi, le régime dit des oligarques (1382-1434) transforma profondément la structure politique de la « République des Arts ». C’est cette mutation dans la continuité de l’esprit républicain que nous allons interroger sur le double plan de l’idéologie et de l’expérimentation politique au sein d’une trajectoire qui n’a rien de linéaire, entre regard sur le passé et élaboration de la cité future.

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • Républicanisme critique et religion
    Cécile Laborde
  • Républiques et républicanismes en époqu...
    Thomas Maissen
  • Les fondements économiques de la notion ...
    Manuela Albertone
  • Situating republican liberty
    Quentin Skinner
  • Montesquieu, critique du républicanisme...
    Céline Spector
  • Neo-republicanism versus neo-liberalism
    Philip Pettit
  • Républicanisme et social démocratie : qu...
    Jean-Fabien Spitz
  • La République sans les républicains
    Vincent Peillon
  • République et démocratie post-électoral...
    Pierre Rosanvallon
  • Le républicanisme contemporain à l’épreu...
    Marie Garrau
  • La République face à la revendication id...
    Philippe Portier
  • Se faire reconnaître pour mieux disparaî...
    Anne Verjus
  • Le républicanisme suisse, entre héritag...
    Antoine Chollet
  • Premières traditions et expériences répu...
    Javier Fernández Sebastián
  • Le républicanisme des droits
    Christopher Hamel
  • Qu’est-ce que la “République” des Provin...
    Catherine Secretan
  • La République et les minorités religieus...
    Patrick Cabanel
  • Droit à l’existence et allocation univer...
    Yannick Bosc
  • Une économie politique populaire pour un...
    Florence Gauthier
  • 1848 et l’invention d’un républicanisme ...
    Samuel Hayat
  • Le républicanisme social avant la Républ...
    Stéphanie Roza
  • L’individu solidaire : sur la conceptio...
    Serge Audier
  • Génie national ou transferts de savoirs ...
    Alexandre Fontaine
  • Le spirituel de l’État républicain
    Marie-Claude Blais
  • L’école dans la République: passé/présen...
    Benoît Falaize, Olivier Loubes
Auteur(s)
Ilaria Taddei
Université Grenoble Alpes
Maître de conférences

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Après un double parcours universitaire –suisse et italien – et un doctorat européen à l’Institut Universitaire de Florence, Ilaria Taddei enseigne, depuis 1999, à l’Université de Grenoble. Ancien membre de l’École française de Rome, elle est Maître de conférences HDR en histoire médiévale.

Spécialiste d’histoire sociale, culturelle et politique de l’Italie des derniers siècles du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), ses principaux travaux ont successivement porté sur l’enfance et la jeunesse, la notion d’âge, les jeux et leur organisation, les pratiques vestimentaires, les confréries de jeunes et d’artisans, et les rituels.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes

Dernière mise à jour : 09/02/2017