Accueil/ expose
La psychologie animale au zoo : une histoire de la psychologie
jeudi 11 décembre 2014

Loading the player ...
Descriptif

Conférence donnée par Marion Thomas dans le cadre des Jeudis de l'HPS, organisés par le département de philosophie.

L’histoire de la psychologie animale est un champ de savoirs et de pratiques scientifiques encore peu exploré par les historiens des sciences, cependant fécond, notamment par les liens qu’il établit avec l’histoire de la psychologie. En particulier, la psychologie animale éclaire la manière dont la psychologie, au début du XXe siècle, dessine ses frontières et cherche à construire sa scientificité en évitant certains objets problématiques. Parmi ces derniers, les états mentaux des animaux, et plus particulièrement l’intelligence animale, constituent un objet que la psychologie hésite à faire entrer dans son champ de recherche. C’est cet objet que nous nous proposons d’examiner dans cet article. Nous chercherons à explorer les trajectoires qu’il décrit en nous appuyant principalement sur l’étude comparée des travaux du zoologiste français Louis Boutan (1859-1934) et ceux du psychologue américain Robert Yerkes (1876-1956). Dans les deux cas, nous analyserons les conditions intellectuelles, institutionnelles et politiques qui conduisirent à l’« invention » de l’intelligence animale dans la première moitié du XXe siècle. Cela nous permettra de mettre en évidence les liens souvent fragiles qui se tissèrent entre la psychologie animale et la psychologie humaine. Notamment, nous examinerons les obstacles que rencontra la psychologie animale pour s’affirmer comme discipline autonome et comment elle chercha à se définir avec, mais aussi contre, les nouveaux impératifs de la psychologie. En d’autres termes, nous montrerons comment, au début du XXe siècle, l’intelligence animale fut un objet à l’identité instable, dont nous avons identifié trois facettes. Tout d’abord objet suspect, l’intelligence animale sera repoussée par la psychologie ; ensuite, instrumentalisée, elle servira de support à l’émergence de la psychologie enfantine ; enfin, dans le contexte de l’Amérique de l’entre-deux-guerres, elle finira par s’affranchir et à exister à côté de la psychologie, non sans avoir au passage servi sa cause.

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • Sur la notion de style en histoire et e...
    David Rabouin
  • L’amélioration humaine : trois usages, t...
    Jean Gayon
  • Que nous apprend des sciences l’histoir...
    Catherine Goldstein
  • L’homme simplifié
    Jean-Michel Besnier
  • Où va la philosophie de la biologie ?
    Thomas Pradeu
  • Parlons-nous comme il faut de ce que nou...
    Etienne Klein
  • De la nécessité d’une épistémologie hist...
    Claude-Olivier Doron
  • Pour une histoire vraiment sociologique...
    Yves Gingras
  • La naissance de la génétique : une hist...
    Christophe Bonneuil
  • Le logicisme, la question des fondement...
    Sébastien Gandon
  • Philosophie des robots tueurs. Les drone...
    Grégoire Chamayou
  • Entre sciences du vivant, médecine et ma...
    Jean-Paul Gaudillière
  • Aléas, erreurs et variations. Enquête su...
    Eric Brian
  • Les théories scientifiques : défense d’u...
    Marion Vorms
  • Corrélations de Bell : la structure caus...
    Soazig Le Bihan
  • L’historien des sciences et les images...
    Isabelle Pantin
  • Ce que l’histoire nous apprend sur les p...
    Soraya Boudia
  • Les batailles de Paris : médecine et pol...
    Rafael Mandressi
  • L’histoire de l’économie peut-elle être ...
    Sylvain Piron
  • Qu’est-ce qu’un anachronisme en histoir...
    Laurent Loison
  • Simultanéité, coexistence, communauté : ...
    Élie During
  • La manufacture de l’évaluation scientifi...
    Didier Torny, David Pontille
  • Sarah Baartman et l’écriture de l’histoi...
    Claude Blanckaert
  • Organisation biologique : l’intégration ...
    Ana Soto
  • La systématique et l’hérédité dans la bo...
    Stéphane Tirard
  • La fabrique de la médecine européenne (1...
    Christelle Rabier
  • Du message chiffré au système cryptograp...
    Marie-José Durand-Richard
  • Revisiter le temps et l’espace de La Fra...
    Hélène Gispert
  • Cultures mathématiques : une approche
    Karine Chemla
  • De la production des savoirs aux controv...
    Francis Chateauraynaud
  • L’élite sous la mitraille
    David Aubin
  • Leibniz et Kant sur l’unité des espèces...
    Justin E.H. Smith
  • Vers une histoire pluridisciplinaire de...
    Brian Ogilvie
  • Traduire les Philosophical Transactions ...
    Jeanne Peiffer
  • La politique des savoirs aujourd’hui
    Dominique Pestre
  • Reconstruire l’exécution des opérations...
    Agathe Keller
  • Sur la pluralité des mondes (théoriques...
    Jean-Marc Levy-Leblond
  • Du charbon au nucléaire : les énergies c...
    Pierre Charbonnier
  • Philosophie des statistiques à l’heure d...
    Anouk Barberousse
  • La conception physicaliste de la conscie...
    Michel Bitbol
  • Compréhensibilité de la nature et nécess...
    Olivier Darrigol
  • Comment faire l’histoire du sexe biolog...
    Thierry Hoquet
  • Une condition pour comprendre la transit...
    Paul-Antoine Miquel
  • Microhistoire d’un accident médical en A...
    Guillaume Lachenal
  • Les végétaux horticoles au XIXe siècle...
    Cristiana Oghina-Pavie
  • La vie intellectuelle des vampires
    Koen Vermeir
  • Empiricism Without the Senses
    Ofer Gal
  • À l’origine de l’information génétique...
    Matthew Cobb
  • Émile Duclaux et l’engagement des savant...
    Vincent Duclert
  • Qu’est-ce qu’un mécanisme ? Et comment s...
    Sophie Roux
  • Qu’est-ce qu’une économie morale des sc...
    Lorraine Daston
  • Sciences de l’esprit versus sciences de ...
    Wolf Feuerhahn
  • Peut-on écrire une histoire des projets...
    Frédéric Graber
  • Mécanisme et vie entre théorie et pratiq...
    Maria Pia Donato
  • La science ou l'exploration des possible...
    Soazig Le Bihan
  • L’émergence ontologique dans les science...
    Alexandre Guay
  • L'épigénétique : un pont épistémique ent...
    Francesca Merlin
  • Qui prend la décision d’arrêter un trait...
    Ruth Horn
  • Comment écrire l'histoire des maladies ...
    Pierre-Olivier Méthot
  • Peut-on définir scientifiquement le path...
    Maël Lemoine
  • L'anatomie cérébrale et le problème du d...
    Raphaële Andrault
  • Neurosciences et traditions de recherch...
    Denis Forest
Auteur(s)
Marion Thomas
Université de Strasbourg.
Maître de conférences

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Marion Thomas est ingénieur agronome de formation et docteur en histoire des sciences de l’université de Manchester. Ses recherches relèvent de l’histoire sociale et culturelle des sciences du vivant aux XIXe et XXe siècles. Elle a travaillé sur l’histoire du comportement animal, en particulier sur l’histoire de l’intelligence animale, de l’instinct maternel animal et des sociétés animales. Ses recherches l’ont aussi amenée à s’intéresser à l’histoire de la médecine vétérinaire au XVIIIe siècle, aux liens entre génétique mendélienne et amélioration des plantes, et aux questions sociales et éthiques liées à l’émergence des biotechnologies au XXe siècle. Depuis 2013, elle coordonne un projet de recherche franco-allemand qui porte sur l’histoire de l’émergence et de la réception de la théorie cellulaire en France et en Allemagne au XIXe siècle. Le projet intitulé « POLCELL » est financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Deutsche Forschung Gemeinschaft (DFG) et implique les universités de Strasbourg et de Braunschweig (Allemagne).

Cliquer ICI pour fermer
Annexes
Téléchargements :
   - Télécharger l'audio (mp3)

Dernière mise à jour : 24/02/2015