Accueil/ expose
Le rôle des métaphores dans les études sur l’hérédité biologique
jeudi 19 octobre 2017

Loading the player ...
Descriptif

Conférence donnée par Gaëlle Pontarotti dans le cadre des Jeudis de l'HPS, organisés par le département de philosophie.

Les études consacrées à l’hérédité biologique sont marquées, dès l’origine, par la mobilisation de nombreuses métaphores. Emprunté au vocabulaire juridique à partir du Moyen Âge pour caractériser des maladies qui se transmettent comme des biens dans les familles, l’adjectif « héréditaire » revêt pendant longtemps une dimension strictement métaphorique dans les sciences du vivant. Il faut en effet attendre le XIXe siècle pour voir émerger un espace théorique qui cherche à caractériser un phénomène biologique singulier désigné par le substantif « hérédité ». Diverses métaphores accompagnent la construction de ce premier espace théorique, ainsi que le développement de la génétique au XXe siècle et la conceptualisation de l’hérédité « étendue » aujourd’hui. Dans cette intervention, j’interroge les différents rôles – didactiques, poïétiques, théoriques – joués par les métaphores dans les recherches dédiées à l’hérédité biologique et je soutiens la thèse selon laquelle ces derniers ont une incidence sur le statut épistémologique d’un concept fondamental dans les sciences du vivant.

Voir aussi


  • Aucun exposé du même auteur.
  • Sur la notion de style en histoire et e...
    David Rabouin
  • L’amélioration humaine : trois usages, t...
    Jean Gayon
  • Que nous apprend des sciences l’histoir...
    Catherine Goldstein
  • L’homme simplifié
    Jean-Michel Besnier
  • Où va la philosophie de la biologie ?
    Thomas Pradeu
  • Parlons-nous comme il faut de ce que nou...
    Etienne Klein
  • De la nécessité d’une épistémologie hist...
    Claude-Olivier Doron
  • Pour une histoire vraiment sociologique...
    Yves Gingras
  • La naissance de la génétique : une hist...
    Christophe Bonneuil
  • Le logicisme, la question des fondement...
    Sébastien Gandon
  • Philosophie des robots tueurs. Les drone...
    Grégoire Chamayou
  • Entre sciences du vivant, médecine et ma...
    Jean-Paul Gaudillière
  • Aléas, erreurs et variations. Enquête su...
    Eric Brian
  • Les théories scientifiques : défense d’u...
    Marion Vorms
  • Corrélations de Bell : la structure caus...
    Soazig Le Bihan
  • L’historien des sciences et les images...
    Isabelle Pantin
  • Ce que l’histoire nous apprend sur les p...
    Soraya Boudia
  • La mesure en philosophie des sciences
    Nadine De Courtenay
  • Les batailles de Paris : médecine et pol...
    Rafael Mandressi
  • L’histoire de l’économie peut-elle être ...
    Sylvain Piron
  • Qu’est-ce qu’un anachronisme en histoir...
    Laurent Loison
  • Simultanéité, coexistence, communauté : ...
    Élie During
  • La manufacture de l’évaluation scientifi...
    Didier Torny, David Pontille
  • Sarah Baartman et l’écriture de l’histoi...
    Claude Blanckaert
  • Organisation biologique : l’intégration ...
    Ana Soto
  • La systématique et l’hérédité dans la bo...
    Stéphane Tirard
  • La fabrique de la médecine européenne (1...
    Christelle Rabier
  • Du message chiffré au système cryptograp...
    Marie-José Durand-Richard
  • Revisiter le temps et l’espace de La Fra...
    Hélène Gispert
  • Cultures mathématiques : une approche
    Karine Chemla
  • De la production des savoirs aux controv...
    Francis Chateauraynaud
  • L’élite sous la mitraille
    David Aubin
  • Leibniz et Kant sur l’unité des espèces...
    Justin E.H. Smith
  • Vers une histoire pluridisciplinaire de...
    Brian Ogilvie
  • Traduire les Philosophical Transactions ...
    Jeanne Peiffer
  • La politique des savoirs aujourd’hui
    Dominique Pestre
  • Reconstruire l’exécution des opérations...
    Agathe Keller
  • Sur la pluralité des mondes (théoriques...
    Jean-Marc Levy-Leblond
  • Du charbon au nucléaire : les énergies c...
    Pierre Charbonnier
  • Philosophie des statistiques à l’heure d...
    Anouk Barberousse
  • La psychologie animale au zoo : une hist...
    Marion Thomas
  • La conception physicaliste de la conscie...
    Michel Bitbol
  • Compréhensibilité de la nature et nécess...
    Olivier Darrigol
  • Comment faire l’histoire du sexe biolog...
    Thierry Hoquet
  • Une condition pour comprendre la transit...
    Paul-Antoine Miquel
  • Microhistoire d’un accident médical en A...
    Guillaume Lachenal
  • Les végétaux horticoles au XIXe siècle...
    Cristiana Oghina-Pavie
  • La vie intellectuelle des vampires
    Koen Vermeir
  • Empiricism Without the Senses
    Ofer Gal
  • À l’origine de l’information génétique...
    Matthew Cobb
  • Émile Duclaux et l’engagement des savant...
    Vincent Duclert
  • Qu’est-ce qu’un mécanisme ? Et comment s...
    Sophie Roux
  • Qu’est-ce qu’une économie morale des sc...
    Lorraine Daston
  • Sciences de l’esprit versus sciences de ...
    Wolf Feuerhahn
  • Peut-on écrire une histoire des projets...
    Frédéric Graber
  • Mécanisme et vie entre théorie et pratiq...
    Maria Pia Donato
  • La science ou l'exploration des possible...
    Soazig Le Bihan
  • L’émergence ontologique dans les science...
    Alexandre Guay
  • L'épigénétique : un pont épistémique ent...
    Francesca Merlin
  • Qui prend la décision d’arrêter un trait...
    Ruth Horn
  • Comment écrire l'histoire des maladies ...
    Pierre-Olivier Méthot
  • Peut-on définir scientifiquement le path...
    Maël Lemoine
  • L'anatomie cérébrale et le problème du d...
    Raphaële Andrault
  • Neurosciences et traditions de recherch...
    Denis Forest
  • La philosophie peut-elle vraiment être u...
    Thomas Pradeu
  • Le statut moral des animaux hybrides
    Catherine Larrère, Raphaël Larrère
  • Les Dialogues d’astronomie de Cassini d...
    David Aubin
Auteur(s)
Gaëlle Pontarotti
Université Paris-Diderot
Post-doctorante

Plus sur cet auteur
Voir la fiche de l'auteur

Cursus :

Gaëlle Pontarotti est titulaire d’un doctorat de philosophie (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Elle a rédigé une thèse consacrée aux transformations du concept d’hérédité biologique sous la direction de Jean Gayon (Paris 1) et de Michel Morange (ENS). Elle est actuellement post-doctorante à l’Université Paris Diderot.

Cliquer ICI pour fermer
Annexes

Dernière mise à jour : 17/11/2017